La Fondation de Carling

Carling fut fondé en 1714 par le Comte de Sarrebrück Charles Louis de Nassau, dont il porte le nom : Karlingen. Carling compta 12 maisons en 1728 et 22 en 1756.

carling-carte-cassini-w-88f90.jpg

Le roi Louis XV réunit Carling à la baronnie d’Ueberherrn qu’il avait créée en 1767. La baronnie comprenait aussi les villages cédés par Sarrebrück en 1766, à savoir Wilhelmsbronn, Diesen et une partie de L’Hôpital.

L’alliance franco-autrichienne, scellée durant la guerre de Sept Ans (1756-63), peut enfin porter ses fruits. Elle a purgé l’espace lorrain de ses ferments de guerre et permet d’esquisser une « frontière de paix » fondée sur la liquidation du contentieux franco-luxembourgeois (régions de Rodemack et de Raville) et des échanges compensés (laborieusement négociés de 1769 à 1786 avec des princes germaniques) autour du Warndt (acquisition de Creutzwald, Carling, L’Hôpital).

En 1770 (traité du 26 novembre), Louis, prince de Sarrebrück, a cédé à la France le village de Carling, en recevant en échange Emmersweiller (Est de Forbach, Sarre) et Baerendorf (Est de Fénétrange).

Le décret impérial de Napoléon 1er, du 24 janvier 1812, réunit la jeune commune de Carling à celle de L’Hôpital. 25 ans plus tard les conseillers municipaux demandent la séparation qui n’aboutira qu’en 1894.